Retour à l'accueil
Espace membres
Agrandir le texteAgrandir le texte
Accueil > Maladies > Artérite des membres inférieurs chez le malade diabétique > IV – Quels sont les principaux examens à faire ?

IV – Quels sont les principaux examens à faire ?

L’insensibilité chronique des pieds entraînée par l’atteinte nerveuse (neuropathie) des diabétiques fait que cette artérite se révèle souvent plus tardivement qu’une artérite chez un malade non diabétique, d’où l’intérêt d’un examen systématique des artères du diabétique. L’examen des jambes et des pieds est également fondamental à la recherche d’une plaie cutanée potentiellement grave mais longtemps indolore.

Le dépistage et la prise en charge rapide de ces lésions cutanées à type d’ulcère sont très importants. Il est nécessaire de surveiller toutes les atteintes artérielles causées par le diabète : examen cardiaque à la recherche d’une atteinte des artères coronaires*, évaluation des artères carotidiennes qui vascularisent le cerveau pour prévenir la survenue d’un accident vasculaire cérébral.

Les examens complémentaires les plus importants sont les suivants :

-           L’écho-Doppler artériel

C’est l’examen le moins invasif, réalisé par un angiologue, permettant d’évaluer le degré de rétrécissement des artères et de rechercher la présence d’artères « obstruées » en déplaçant une sonde d’échographie sur le trajet des artères. Cet examen est non douloureux et très fiable. Il doit être complété par la mesure de l’IPS (index des pressions systoliques). Cet index évalue la qualité de la perfusion artérielle au niveau du pied, mais il peut être impossible à mesurer chez le patient diabétique en raison de la présence de calcifications artérielles. Pour en savoir plus

L’écho-doppler est l’examen de référence dans le cadre du dépistage de l’artérite chez le patient diabétique. Afin de préciser l’atteinte artérielle retrouvée par l’examen écho-doppler, on a parfois recours à des examens dits morphologiques permettant de préciser les lésions, notamment si l’on envisage un traitement chirurgical :

-           Angioscanner et angio-IRM :

l’angioscanner nécessite une injection de produit à base d’iode à l’intérieur des veines. Ces deux examens donnent une image de toutes les artères du corps humain et permettent de détecter d’éventuels rétrécissements.

-           Artériographie :

il s’agit d’un examen invasif nécessitant la ponction d’une artère, classiquement l’artère fémorale au niveau du pli de l’aine. Cet examen apporte un diagnostic précis sur les lésions artérielles. Il est très utile pour préciser l’atteinte artérielle des artères situées sous le genou. Cet examen a un petit risque en raison de la ponction artérielle (risque d’hématome pouvant conduire à une intervention chirurgicale d’hémostase). L’inconvénient de cette technique est la nécessité d’injecter dans l’artère un produit iodé potentiellement nuisible pour la fonction de reins chez ces patients diabétiques souvent porteurs d’une atteinte rénale favorisée par la maladie diabétique. Il est admis de façon quasi consensuelle que l’artériographie diagnostique reste l’examen de référence pour l’évaluation de l’artérite distale sous le genou du patient diabétique.