Retour à l'accueil
Espace membres
Agrandir le texteAgrandir le texte
Accueil > Maladies > Les Varices des Membres inférieurs > Quels sont les principaux traitements ? Quels sont les risques de ces traitements ?

Quels sont les principaux traitements ? Quels sont les risques de ces traitements ?

La présence de varices n’implique pas systématiquement l’atteinte des veines saphènes. Le traitement peut permettre de préserver les troncs saphéniens dans un bon nombre de cas.

*Traitement médicamenteux :

les médicaments veino-actifs peuvent améliorer les symptômes mais n’ont pas d’effet démontré sur les varices et leur évolution, ni sur leur prévention. Ils sont pris par voie orale et ne doivent pas être prescrits plus de 3 mois sauf en cas de réapparition des symptômes après leur arrêt.

*Compression élastique :

les collants, les bas élastiques et les bandes représentent une partie essentielle du traitement de la maladie variqueuse en soulageant les symptômes, en faisant régresser l’œdème (gonflement). De plus il permet aussi d’éviter l’aggravation des lésions et de limiter la survenue de complications. Ce traitement est contraignant (légèrement au stade varices non compliquées) mais extrêmement efficace en cas de symptômes et de complications. De plus après traitement des varices, il réduit le risque de récidive. La compression est par contre contre-indiquée en cas de maladie artérielle sévère des membres inférieurs.

L’industrie a développé des bas confortables et élégants qui permettent un port plus aisé. En effet, ils ne sont efficaces que s’ils sont régulièrement portés dès le lever ou immédiatement après la douche matinale, et jusqu’au soir avant le coucher, les membres inférieurs surélevées. En cas de maladie variqueuse non compliquée une contention de classe 1 ou plutôt 2 est généralement suffisante (la classe évalue le degré de compression du bas).

*Sclérose :

elle a pour principe d’injecter dans la veine dilatée un produit irritant provoquant un spasme veineux puis un épaississement de la paroi qui évolue rapidement vers l’oblitération : la veine devient alors un cordon fibreux. Ses inconvénients essentiels sont la durée du traitement (nombreuses séances) et la récidive. En effet, les scléroses, pour être durables, doivent être répétées régulièrement. Il s’agit du traitement de choix des télangiectasies et de certaines varices réticulaires. Actuellement l’injection de sclérosant sous forme de mousse semble augmenter considérablement l’efficacité de la sclérothérapie surtout pour le traitement des gros troncs veineux et des récidives après chirurgie. Elle nécessite un guidage échographique (écho-sclérose à la mousse). Cependant là encore cette technique expose à un taux de récidive supérieur à celui des techniques chirurgicales.

Ces techniques sont réalisées en consultation en cabinet. Les complications sont rares et le plus souvent bénignes.

*Laser transcutané :

est indiqué pour les télangiectasies en cas d’échec de la sclérothérapie et dans certaines indications ou localisations particulières.

*Phlébectomies :

il s’agit d’une intervention visant à supprimer les veines variqueuses par de minimes incisions étagées  (Figure 5). Elles sont, selon les cas, associées ou non à un traitement des troncs saphènes (techniques endo-veineuses, stripping). Isolées, elles peuvent être réalisées sous anesthésie locale en ambulatoire et ont surtout un but esthétique. Elles peuvent permettent de conserver le tronc saphène quand celui-ci est peu ou pas atteint et ainsi améliorer les signes, les symptômes et l’hémodynamique veineuse superficielle.

Figure 5 : Principes de la phlébectomie (ablation de varices) : la veine variqueuse (A) est extériorisée par de petites incisions à l’aide d’un crochet (B,C & D) puis retirée par traction douce (E). La fermeture cutanée est esthétique (F).

Figure 5 : Principes de la phlébectomie (ablation de varices)

*Techniques endoveineuses :

qu’il s’agisse du laser endoveineux, de la radiofréquence, ou de la vapeur d’eau chaude, leur but est de délivrer par l’intérieur de la veine une énergie entraînant une destruction thermique avec réaction fibreuse et rétraction de la paroi ne laissant plus de chenal pour la circulation du sang (Figure 6) conduisant à terme à la disparition de la veine traitée. Seuls les troncs veineux superficiels sont accessibles à ce type de traitement (veines saphènes). Les varices situées sur les branches sont traitées dans le même temps ou secondairement par ablation chirurgicale (voir phlébectomies) ou par sclérose.

Figure 6 : Principes des techniques endo-veineuses (laser, radiofréquence, vapeur)
A : schéma général avec simple ponction de la peau, puis de la veine sans incision chirurgicale,
B : montée du cathéter de traitement dans la veine dilatée,
C : activation du système délivrant l’énergie entrainant une rétraction de la veine,
D : retrait progressif de la sonde sur une veine qui ne circule plus.

Figure 6 : Principes des techniques endo-veineuses (laser, radiofréquence, vapeur)

Ces techniques sont pratiquées sous anesthésie locale, en ambulatoire et permettent une reprise rapide de l’activité. Elles doivent être réalisées dans un secteur chirurgical. Les complications sont le plus souvent mineures (douleurs, hématomes) et le risque de reperméabilisation est inférieur à 10% à 2 ans. La technique à la vapeur est en cours d’évaluation.

*Stripping :

il s'agit de l'ablation de la veine saphène par voie chirurgicale, par 2 courtes incisions. Cette intervention est souvent associée à des phlébectomies. Il s’agit de l’intervention de référence, surtout en cas d’importantes varices. Cette intervention est bien codifiée et est maitrisée par de nombreux chirurgiens. Elle peut être pratiquée sous anesthésie locale, loco-régionale ou générale et peut dans la plupart des cas être faite en ambulatoire. Les effets secondaires postopératoires sont le plus souvent mineures (douleurs, hématomes).