Retour à l'accueil
Espace membres
Agrandir le texteAgrandir le texte

GLOSSAIRE

Acouphènes : bruits parasites à type de papier froissé ou de sifflements. Peuvent être très gênants dans la vie courante du patient.

Arythmie : c’est un rythme irrégulier du cœur dû à des extrasystoles (contractions anarchiques) des oreillettes ou des ventricules. La fibrillation auriculaire est la cause la plus fréquente  de l’arythmie.

Athérome (plaque d’), athéromateux (euse) : dépôt de cholestérol sur la paroi d’une artère préférentiellement mais pas uniquement au niveau d’une bifurcation. Sur ce dépôt il y a une sédimentation de calcium, qui entraîne un durcissement de la plaque.

AVK : abréviation d’antivitamine K. C’est un anticoagulant pris par voie orale, qui fait chuter le taux de prothrombine impliqué dans la coagulation. Son efficacité se juge par l’abaissement du taux de prothrombine (TP) et parallèlement une augmentation de l’INR.

Carotide (artère) : artère qui chemine dans la partie antérieure du cou et va irriguer avec son homologue la plus grande partie du cerveau sauf la région postérieure (occipitale). Son obstruction peut entraîner des lésions cérébrales sévères à type de paralysie.

Cérébrales postérieures (artères) : branches terminales issues du tronc basilaire, elles irriguent la partie postérieure du cerveau impliqué dans la vision.

Cervelet : c’est une importante structure de l' encéphale située sous le cerveau proprement dit et derrière le tronc cérébral. (((Il n'occupe que 10 % environ de la boîte crânienne mais comprend plus de 50 % de ses neurones.))) Le cervelet joue un rôle majeur dans la coordination des mouvements. Les lésions du cervelet ne provoquent pas de paralysie mais elles entrainent des difficultés lors de l'exécution et de l'apprentissage des mouvements complexes, associées à des troubles de l'équilibre. (((Depuis la fin du XXe siècle, on pense que le cervelet est impliqué dans des fonctions non motrices : sensorielles, affectives et cognitives.)))

Cortex cérébral postérieur : partie superficielle, « croûte » du cerveau situé à la partie postérieure et particulièrement impliquée dans la vision.

Embole, embolie. L’embole est un caillot, un amas de plaquettes ou de globules rouges ou encore des fragments de cholestérol.

L’embolie, c’est la migration dans un vaisseau de l’embole qui vient se bloquer là où le calibre de l’artère est plus petit que lui, en général une bifurcation artérielle quand l’artère est saine, plus rarement sur une portion d’artère rétrécie (sténose). La notion de migration est essentielle.

Fibrillation auriculaire : mouvement anarchique des oreillettes, qui n’arrivent pas à se contracter correctement. Cela entraîne une arythmie cardiaque et une stagnation du sang dans les oreillettes favorable à la formation d’un thrombus (caillot).

INR : abréviation pour International Normalized Ratio. Mesure avec plus de précision que le taux de prothrombine l’efficacité d’un traitement par AVK. (((Son taux augmente avec la posologie. L’INR, chez un sujet ne prenant pas d’AVK est à 1. La zone thérapeutique varie en fonction de la pathologie traitée : habituellement entre 2,5 et 3,5.)))

Labyrinthe : structure osseuse complexe de l’oreille interne renfermant à la fois le vestibule (impliqué dans l’équilibre) et le limaçon (impliqué dans l’audition). (((Dans le labyrinthe osseux, flotte un organe souple et creux de forme comparable : le labyrinthe membraneux. Il contient deux liquides, l'endolymphe et la périlymphe.)))

Nystagmus : c’est un mouvement d'oscillation involontaire et saccadé du globe oculaire. (((Les oscillations peuvent se produire dans un plan vertical, horizontal, de torsion ou dans une combinaison de ceux-ci. L'œil se dirige lentement vers une direction, puis revient brutalement à sa position d'origine grâce à une saccade oculaire. La direction du nystagmus est définie comme étant celle du déplacement rapide (cependant, le trouble a d'abord tendance à engendrer le mouvement lent, avant que le mouvement rapide vers la position d'origine n'intervienne pour rétablir la situation).)))

Polygone de Willis : constitué de plusieurs segments artériels situés à la base du cerveau. Il fait communiquer, à la manière d’un carrefour giratoire, les artères carotides et vertébrales par des artères communicantes. En théorie, ce montage hydraulique devrait permettre de suppléer l’obstruction d’un vaisseau par les autres, mais dans la réalité le calibre des communicantes est rarement suffisant pour y parvenir.

Rythme sinusal : rythme cardiaque normal où la contraction du ventricule fait suite à celle de l’oreillette de façon régulière. Ce rythme s’oppose à l’arythmie et en particulier à celle engendrée par la fibrillation auriculaire.

Sousclavière (artère) : branche du tronc artériel brachiocéphalique à droite et branche directe de l’aorte à gauche. Elle irrigue le membre supérieur et donne naissance à l’artère vertébrale.

Sténose : c’est un rétrécissement de l’artère.

Syndrome vestibulaire : le syndrome vestibulaire est la manifestation clinique d'une atteinte du système vestibulaire, un organe sensoriel périphérique composé du labyrinthe postérieur (canaux semi-circulaires, utricule, et saccule), du nerf vestibulocochléaire, et de ses noyaux encéphaliques. Autrement dit : la partie postérieure de l’oreille interne renfermant les récepteurs de l’équilibre et son équipement nerveux. Le syndrome vestibulaire se caractérise par des vertiges et une instabilité.

Thrombose, thrombus : c’est l’occlusion locale d’une artère. Elle fait souvent suite à une sténose, sur une artère déjà pathologique (malade). Le thrombus, c’est le caillot constitué localement.

TP : abréviation pour Taux de prothrombine. Sert à mesurer l’efficacité d’un traitement par antivitamines K. (((La fourchette d’efficacité thérapeutique varie de 25 % à 35%. En dessous de 20%, il y a un risque d’hémorragie, au dessus de 40 %, le traitement est inefficace. Le taux baisse quand on augmente la posologie (le dosage des AVK). )))

Tronc basilaire : résulte de la réunion des deux artères vertébrales à la base du cerveau (d’ou son nom). De lui partent les artères du cervelet, du tronc cérébral et les deux artères cérébrales postérieures. Son occlusion peut entraîner des lésions neurologiques très graves.

Tronc cérébral : partie du système nerveux faisant suite à la moelle épinière et prolongée par le cerveau lui même. Le tronc cérébral abrite 9 des 12 paires de nerfs crâniens, notamment le noyau vestibulaire impliqué dans l’équilibre. Il contient également le passage des fibres motrices destinées aux membres (le faisceau pyramidal) et des structures impliquées dans la vigilance. L’atteinte ischémique (défaut d’irrigation) du tronc cérébral peut avoir des conséquences dramatiques sur la motricité, l’équilibre : les vertiges bien sûr mais aussi sur la conscience.

Vertébrale (artère) : c’est la première branche supérieure de l’artère sousclavière. Elle naît à la base du cou (creux sus claviculaire). Elle chemine dans un empilement ostéo-ligamentaire constitué par les orifices ménagés sur les parties latérales des vertèbres du rachis cervical. (((L’artère est profondément enfouie dans cette structure  osseuse, à la fois protégée par l’os mais aussi potentiellement agressée par lui en cas d’arthrose. Elle est inaccessible à l’exploration doppler.)))

Vestibule : partie postérieure de l’oreille interne, abritée par le labyrinthe osseux, comprenant les canaux semi-circulaires, l’utricule et le saccule, renfermant les récepteurs de l’équilibre et son équipement nerveux impliqués dans l’équilibre spatial : univers à trois dimensions et sensible au déplacement.

(((Le vestibule membraneux comprend deux cavités arrondies, l'utricule et le saccule, et trois canaux semi-circulaires situés dans trois plans perpendiculaires Son rôle est capital dans l'équilibre. Les canaux semi-circulaires occupent la plus grande partie de l'oreille interne. Chaque canal contient un liquide et des cils sensitifs reliés à des cellules réceptrices qui transmettent les informations au cervelet. Son dysfonctionnement serait impliqué dans