Retour à l'accueil
Espace membres
Agrandir le texteAgrandir le texte
Accueil > Maladies > Prévention de l’Athérosclérose > III- Quels en sont les symptômes ?

III- Quels en sont les symptômes ?

Ils vont être différents suivant le territoire artériel atteint, avec une traduction pathologique proportionnelle au degré de rétrécissement induit par l’athérome.

- Au niveau du cœur, une sténose (rétrécissement) d’une artère coronaire pourra entrainer au repos ou  à l’effort une douleur dans la poitrine appelée angor ou angine de poitrine alors que l’obstruction ou occlusion (appelée thrombose) provoquera un syndrome coronarien aigu ou infarctus du myocarde.

- Au niveau du cerveau, une plaque irrégulière ou une sténose serrée d’une artère carotide pourra se manifester par un accident ischémique transitoire, ainsi dénommé car ne durant que de quelques minutes à moins de 1 heure : perte de la vision d’un oeil, déficit moteur ou sensitif d’un membre supérieur ou inférieur, ou d’un hémicorps ; à un stade plus avancé, il pourra se produire un accident vasculaire cérébral, véritable infarctus d’une zone du cerveau, avec ou sans séquelles cliniques majeures.

- Au niveau des membres, la sténose ou l’occlusion artérielle entrainera dans le territoire sous-jacent une ischémie à l’effort du membre supérieur ou inférieur appelée claudication intermittente. Au repos il n’y a pas de douleur. Le développement de la circulation de suppléance dite collatérale joue un rôle important et peut retarder l’apparition des symptômes. Son absence ou la topographie distale de l’athérome peut entrainer des douleurs même au repos rendant l’ischémie plus grave et dénommée critique. Dans certains cas l’ischémie peut être aigue nécessitant une prise en charge en urgence.

Au stade ultime, la survenue de nécrose localisée des orteils ou du pied témoigne d’une occlusion distale des artères très périphériques pouvant aboutir à une gangrène mettant en jeu la vitalité du membre avec le risque d’amputation. C’est l’ultime stade de l’artérite.